Ce jour où je suis devenue – presque – rousse

mulato sienne brulée blond

(Et ouais, je n’avais pas vraiment prévu de parler de ça, donc je n’ai absolument pas fait de photos avant/après avec même luminosité, tout ça, tout ça. Alors j’ai juste choisi deux photos d’un article déjà publié et d’un article à venir, pour vous donner une petite idée du résultat).

J’espère que vous êtes confortablement installés puisque lorsque je commence à parler de cheveux, ça peut être long, très, très long. Je fais partie de ces personnes complètement indécise à ce sujet. Je suis satisfaite de ce que j’ai, puis quelques jours après, je veux l’inverse total. Il faut dire en même temps que les cheveux changent beaucoup en fonction de la lumière et des jours – ces fameux #goodhairday et #badhairday.

Je me suis enfin trouvée, à peu près, satisfaite de ma coupe, il y a un an et demi. Le jour où j’ai pu me débarrasser de mes franges, mèches et autres coupes dégradées. J’ai tenté pour la première fois une coupe droite, qu’aucun coiffeur ne me conseille, et je me suis rendue compte que c’est ce qui me convient. Bien sur j’hésite toujours sur la longueur, je garde un carré assez classique, mais il m’arrive presque chaque jour de les vouloir à nouveau très longs, ou bien d’avoir envie de tout couper un peu plus court.

Mais la vraie question c’est celle de la couleur. Jusqu’à très récemment, je ne voulais qu’une chose : des cheveux très très blonds, et très très froids. Une sorte de blond bébé ou blond polaire. Mais c’est super difficile à obtenir et j’y suis allée assez lentement. D’abord un ombré, puis une décolo et je me retrouve avec de superbes racines. J’ai recoloré deux ou trois fois avec ma couleur naturelle, mais ça ne dure jamais longtemps. Je rêve aussi de cheveux multicolors, mais je sais qu’à part mes pointes vertes, je n’irais pas plus loin. A part ça, je voulais du gris, sans réussir à l’obtenir.

Et j’ai remarqué qu’une couleur revenait très souvent dans mes envies : le roux. Je ne l’ai jamais formulé comme ça, j’ai fait des heures de recherche et quelques tableaux Pinterest sur le blond vénitien, le blond cuivré et le blond stramberry (mais finalement, peu importe l’adjectif, ça reste ROUX). J’avais cette photo en tête, un jour où la lumière rendait réellement mes cheveux roux, et où je trouvais ça beau.

Clairement, je n’aurais pas osé une coloration, OK je voulais être rousse, mais c’est quand même la couleur qui me fait le plus flipper au monde.

J’utilisais depuis un petit moment un soin repigmentant bleu de chez Mulato, super efficace pour déjaunir les cheveux blonds. J’ai voulu voir s’il y avait d’autres couleurs et j’en ai trouvé deux, le blond vénitien et le sienne brûlé. Je n’ai pas trouvé énormément d’avant/après sur internet alors je me suis lancée un peu à l’aveugle. Je suis allée à la boutique du coiffeur où il n’y avait que le second, c’est donc sur celui-ci que j’ai jeté mon dévolu, totalement par hasard. Je l’ai seulement laissé poser sur une mèche au départ, au cas où le résultat serait roux carotte… Et puis j’ai fini par le faire entièrement. J’ai laissé posé un peu plus longtemps que ce qui est indiqué, entre 30 et 40 minutes.

Finalement, je ne suis pas toujours rousse, je pense que vous le verrez bien sur les futures photos du blog. Les reflets se voient parfois plus, parfois moins. Je ne suis ni vraiment blonde, ni vraiment rousse, mais j’ai trouvé un entre deux qui me convient plutôt bien.

En ce qui concerne le soin en lui-même, je ne suis pas déçue, il laisse vraiment mes cheveux plus doux, je sens qu’ils s’emmêlent moins et c’est plutôt sympa, j’espère qu’avec ça j’aurais moins de mal à laisser pousser mes cheveux ! Je n’ai pas acheté le shampoing par contre, car j’ai été assez déroutée par le bleu que j’avais acheté. Il ne mousse pas. Finalement c’est logique puisque c’est un produit assez naturel, mais clairement moi ça ne me convient pas du tout… Donc je préfère me contenter du soin ! A mon avis, je m’en lasserais assez vite, la prochaine envie de changement ne devrait pas tarder, mais je suis tellement contente de cette alternative. Je change juste légèrement de couleur, pour trois fois rien, et sans abimer mes cheveux !

Par contre, si mon goût pour le roux persiste, je tenterais bien une coloration à l’henné, donc si jamais quelqu’un a déjà tenté l’expérience, j’aimerais beaucoup avoir des avis et pourquoi pas des conseils.

Publicités

Un commentaire sur “Ce jour où je suis devenue – presque – rousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s